ça se passe chez nous

Yourbi’goûter !

Quand le club de lecture ado vous lit ses coups de cœur ❤

Il y a un mois, par un pluvieux samedi après-midi de novembre, les membres du club de lecture se sont réfugiées à la médiathèque pour vous lire chacune un extrait de leur roman préféré !

club 2

Devant amis, familles, lecteurs de la médiathèque elles ont pris la parole ! On vous dévoile tout :

Romane a lu un extrait du roman sentimental à succès Cœur cerise de Cathy Cassidy

Je veux vivre de Jenny Downham, un roman cru sur une ado malade à conseiller à partir de 14 ans a été lu par Inés

Agathe nous a fait découvrir le roman d’aventure, Le mystère de Lucy Lost de Michaël Morpurgo

Je m’appelle Mina de Davide Almond a été présenté par Océane. Mina nous dévoile son journal, sa vie, ses réflexion sur l’écriture…

Oriane a lu un extrait de Verte, un roman sur une petite sorcière de Marie Desplechin

Le désormais incontournable Divergente de Véronica Roth a été lu par Maia

Alyssia nous a transporté dans Le voyage de Fatimzahra de Kochka

Avec Solène nous avons plongé dans le monde fantastique de la série Fablehaven de Brandon Mull

Pour clôturer ce moment de lecture, nous sommes revenus à la série de Cathy Cassidy avec la suite de Cœur cerise :  Cœur guimauve qui a été raconté  par Yasmine M.

Nous avons passé un beau moment de lecture ! Bravo à toutes pour cette belle prestation !!!!

Catégories : ça se passe chez nous | Un commentaire

Nathalie Kuperman était à Yourcenar !

Samedi 3 octobre, Nathalie Kuperman nous a fait l’honneur de venir à la médiathèque à la rencontre d’enfants de 7 à 13 ans  ! Comme on a adoré on veut partager ! Voici un petit aperçu !

A 15h : tout est installé dans notre salle d’animation !

Les bibliographies et les questions préparées par notre Yourbiclub (club de lecture pour ados) sont imprimées ! Nous n’attendons plus que Nathalie Kuperman !

DSC_7530

A 16h : ça y est ! Tout le monde est là !

C’est le moment d’échanger, de partager tous ensemble !

DSC_7538Pour ceux qui ont loupé ça voici un bref résumé des échanges :

Depuis combien de temps écrivez-vous des livres ?

Nathalie Kuperman écrit depuis ses trente ans, en tout elle a écrit un peu moins de vingt livres jeunesse et huit livres pour les adultes.

N’écrivez-vous que des romans ?

Non, nous dit-elle, j’écris aussi des pièces de théâtre pour Radio France mais uniquement pour les adultes. Une fois j’ai écrit une pièce pour les enfants.

Quel livre ou auteur jeunesse aimez-vous ?

L’auteure a confié beaucoup aimer le livre de Florence Seyvos, Nanouk et moi mais aussi les livres de Valérie Zenatti.

Avez-vous des textes non publiés cachés sur votre ordinateur ?

Nathalie Kuperman a expliqué avoir un fichier avec beaucoup de débuts d’histoires. Souvent elle a des idées mais trouve que l’histoire retombe alors elle s’arrête. A ce titre, elle a indiqué que quand elle commençait un livre, elle n’en connaissait pas la fin. Ces histoires partent d’idées puisées plus ou moins dans le réel.

Si vous deviez choisir entre écrire pour les adultes et les enfants, que choisiriez-vous ?

La réponse est qu’elle ne pourrait pas choisir, elle a besoin des deux !

Et il n’y a pas que les enfants qui étaient curieux, Nathalie Kuperman avait aussi quelques questions pour les enfants ! Elle leur a demandé quels livres ils étaient en train de lire, quelle était leur matière préférée…et même ce qu’ils pensaient de l’idée de son prochain livre jeunesse (mais ça, chut, c’est un secret !)

DSC_7542

A 17h30 : Voici venue l’heure du goûter et de la dédicace !

DSC_7549

Grâce à la librairie Le Divan jeunesse les enfants ont pu ensuite emporter le livre de leur choix dédicacé !

DSC_7547

Merci à Nathalie Kuperman et à tous les enfants présents !

Vous voulez en savoir plus ? Voici notre Livret de présentation de Nathalie Kuperman

Catégories : ça se passe chez nous, cocktail culturel | Poster un commentaire

Numok à Yourcenar : que se passe-t-il ?

La première édition du festival numérique des bibliothèques de la ville de Paris commence samedi !

Le réseau des bibliothèques parisiennes vous a concocté un programme complètement fou, riche et diversifié que vous pouvez consulter sur cette page dotée d’une carte interactive !

bonhomme Numok

Numok, des jambes en acier, un cerveau en feu d’artifice !

À Yourcenar, que vous propose-t-on ?

  • D’abord, nous sommes tellement impatients que nous commençons en avance, dès demain soir, avec le vernissage de l’exposition de livres d’artistes du pôle numérique de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. 11 étudiants et artistes exposent du 10 au 25 octobre leurs livres dans le hall de la médiathèque. Nous avons le plaisir de recevoir :
DSC_7574

Agathe L’Higuiner (ici, un hommage à Marguerite Yourcenar)

DSC_7587

Christine Khuu

mais aussi Victor Vaysse, Florentine Charon, Inès Dobelle, Nefeli Papadimouli, Terencio Gonzalez et Lauranne Faubert-Guay.

                                         Vendredi 9 à partir de 19h, venez découvrir leurs œuvres autour d’un verre !

Pour discuter des différences entre écrire pour le Web et écrire pour un éditeur papier ou pour le cinéma, nous avons l’immense plaisir de recevoir deux des voix les plus originales et talentueuses de la « Web culture » :

photo titiou lecoq

Titiou Lecoq, journaliste indépendante et bloggeuse sur Girls and geeks. Elle a publié deux romans, Les Morues et La Théorie de la tartine (Au Diable Vauvert, 2011 et 2015), une adaptation papier de son blog, Sans télé on ressent davantage le froid (Fayard, 2014) et avec Diane Lisarelli l’Encyclopédie de la Web Culture (Robert Laffont, 2011).

Dans les deux derniers articles de son blog, elle raconte ses vacances avec ses enfants de manière totalement délirante !

photo solange te parle

Ina Mihalache, québécoise installée en France depuis dix ans, alias Solange te parle. Ancienne élève du cours Florent, elle est à la fois devant et derrière la caméra dans ces vidéos tournées dans son appartement qu’elle met en ligne sur sa chaine Youtube. Son long métrage Solange et les vivants, destiné au cinéma, sortira cette année.

Vous n’avez pas encore vu son bilan culturel de septembre ?

Mais attention, l’inscription est indispensable !

Vous devez garder vos enfants ce soir-là ? Vous n’êtes pas parisien ? Vous vous y êtes pris trop tard et l’événement est complet ? PAS DE PANIQUE ! La rencontre sera exceptionnellement retransmise en live-stream par Glowbl, partenaire de Numok ! Suivez en direct la conférence à partir de ce lien, et adressez vos questions à nos deux blogueuses depuis votre canapé !

Nous saisirions bien l’occasion de vous parler de nos blogs préférés si nos amis durassiens ne l’avaient pas si bien fait !

Nous pouvons cependant vous conseiller une petite pépite :

Petite, elle voulait être dresseuse d’ours. Et juste après sur sa liste : médecin. Aujourd’hui, elle est médecin, et en parle avec intelligence, humour et humanisme dans Juste après dresseuse d’ours, dont vous pouvez emprunter l’adaptation papier dans votre médiathèque préférée !

jaddo

610 JAD

Ce site, The Archivist, propose une visite guidée de bibliothèques privées qui font rêver !

 

Et pour aller plus loin :

webculture

302.2 LEC

traité de savoir vivre

302. SCH

Et la musique ? Et les jeux ?

Pas d’inquiétudes, on ne vous a pas oubliés les chouchous, choubidous et loulous chéris de tout leur cœur. Samedi 10 octobre (après demain !), nous allons tenter ensemble de composer nos premiers morceaux électro sur iPad en utilisant une appli de folie conçue par Propellerhead : Figure !

D’aspect enfantin – trois pistes de couleurs, des motifs préenregistrés, l’interface permet de tout moduler pour former un système sonore harmonieux sans être un musicien. Mais comprendre et agencer soi-même les sons s’avère complexe et chronophage. Hé bin oui, ça, ça ne change pas : la liberté artistique a un prix les enfants, il faudra passer du temps pour créer, jouer correctement et comprendre sa musique électronique.

L’ambition de l’atelier reste légère : nous amuser ! Nous écouterons ensuite nos mixes puis nous les partagerons sur nos réseaux sociaux. » Et si la musique est bonne, bonne, bonne », qu’elle « guide nos paaaasssss »… Sur inscription.

Également, sur la durée du festival, les mercredis 14 et 21 octobre à partir de 15h, durant nos ateliers vidéoclics, nous continueront de découvrir des applications pour iPad, ludiques, graphiques et toujours gratuites. Vous créerez une affiche de film avec Pilxr et vous réaliserez un clip en stop motion avec Lego Movie Maker. Que du bonheur ! Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Catégories : ça se passe chez nous | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Une Grainothèque fleurit à Yourcenar!

AVRIL est le mois du printemps, de la germination, du fleurissement, du renouveau…

A la médiathèque, nous fêtons la création de notre Grainothèque, la première à Paris !

Basée sur le mode du troc, la grainothèque vous invite à déposer des graines non issues du commerce et à prendre, en échange, un sachet de semences proposé par un autre jardinier en herbe ! Vous trouverez la boîte de la grainothèque avec sachets vides dans le rayon Écologie et Développement durable (RDC), et nous vous enjoignons de venir nous voir à l’Accueil afin de retirer vos nouvelles graines (à partir du 10 avril).

Afin de vous présenter le projet et d’échanger autour d’un verre, nous vous invitons à notre Apérograines du vendredi 10 avril à 18h. Vous y rencontrerez aussi un représentant des Amis du nouveau Jardin partagé de la Félicité (tout proche de la médiathèque), et vous pourrez en apprendre plus sur le jardinage et les espaces verts à Paris et en Ile-de-France, avec la Maison du Jardinage et l’association Espaces.

Le lendemain après-midi, samedi 11 avril, venez planter et prendre conseils à la médiathèque. Dès 16h nous vous proposons :

  • un atelier jardinage pour les enfants, animé par une bibliothécaire
  • la présence du club des « Jardiniers en Herbe » d’Elément Terre Mon Cher Jardin : sensibilisation à la nourriture biologique
  • la présence d’un jardinier-conseil pour les plus grands

Du 7 au 30 avril, la médiathèque expose des documents des bibliothèques patrimoniales et spécialisées de la Ville de Paris sur le thème « De la graine à la fleur, trésors nature des bibliothèques » : anciens sachets de graines, catalogues de grainetiers, planches de botaniques, ouvrages pratiques, cartes et plans… Documents des 18e, 19e et 20e siècles.

Enfin, voici une bibliographie préparée par l’équipe pour l’occasion : Prends-en de la graine

La grainothèque de Yourcenar

Catégories : ça se passe chez nous | 6 Commentaires

Les Tops 2014 du Yourbiclub

Le club de lecture ado de la médiathèque tient à vous faire partager ses super coups de cœur de romans, lus en 2014. Le choix est varié et parfois étonnant !

ALIENOR

J’ai adoré l’histoire des 2 amies inséparables. Le thème de l’amitié dans les romans jeunesse c’est chouette et celui-ci est très bien écrit !

Super originale, l’histoire de cette mère qui gagne au loto alors que sa vie et celle de ses enfants, Jayni et Kenny, était jusque là malheureuse ! Mais même sans souci d’argent, la vie va être semée d’obstacles pour Jayni qui doit surveiller sa mère pas très responsable…

Il y a beaucoup de suspense dans ces livres. On suit deux sœurs au Japon qui vont s’enfuir dans une école de samouraïs pour y apprendre les techniques de combat dans l’espoir de venger leur père tué par leur oncle. Dès la fin d’un tome, on a hâte de lire le suivant !

  • La série Les filles au chocolat : Cœur cerise, Cœur guimauve, etc de C. Cassidy    J R CAS T.1 sentiments ADO

Chaque tome correspond à une héroïne d’une famille recomposée. On découvre à chaque fois son secret. Et on peut reconstituer l’histoire, le quotidien de cette famille par le biais de plusieurs points de vue des jeunes filles. Les titres des tomes sont alléchants : Cœur cerise, Cœur guimauve, Cœur mandarine… C’est palpitant !

  • Wonder de R.J Palacio    J R PAL ADO

C’est un beau livre triste ! On pleure quand on lit ce roman mais ça sonne tellement juste et on est touché. Je suis restée accrochée à la lecture. Je le conseille à tout le monde !

ARMANCE

J’ai adoré ce livre pour son suspense, son action qui défile, ses nombreux rebondissements, et aussi parce que le personnage principal est intrigant.

Ce livre m’a beaucoup plu car l’endroit où il se déroule (dans un arbre) est étonnant. De plus je me suis vite attachée à de nombreux personnages et l’identité révélée de certains rend l’intrigue toujours plus complexe.

Cette entrée dans la mythologie grecque revisitée au cours d’une nouvelle guerre contre les Titans est absolument géniale ! On découvre les dieux et leurs enfants dans un autre contexte que les cours de latin et d’histoire et c’est plus captivant !

Une vision du futur spéciale !  Le courage des personnages et les péripéties auxquelles ils sont confrontés sont captivants.

J’ai suivi avec joie les héros drôles et attachants dans leurs aventures, j’ai beaucoup aimé l’importance qu’ont les livres dans ce roman et j’attends avec impatience le troisième tome.

ELISA

Je n’ai pas pu décrocher de ce roman fantastique avec une ambiance à la Hitchcock. Cela fait peur tout au long du roman, on est scotché à son siège ! Super suspense.

C’est l’histoire d’une jeune fille Jenna, 17 ans, qui se retrouve amnésique après un an passé dans le coma. Il y a beaucoup d’originalité dans ce roman fantastique. De plus, le livre pose des questions. Il prête à la réflexion.

Super bon roman policier. En plus, il a gagné les Mordus du polar en 2013. On découvre le mode de la mafia en Italie, c’est très intéressant!

La période pendant laquelle se passe l’intrigue m’a passionnée. C’est très rare : le roman policier se passe dans la préhistoire. Grâce à ce livre, on peut mieux connaître la période, et on se rend compte qu’à notre époque, on a les mêmes préoccupations que les hommes préhistoriques, en dépit de l’évolution.

Les 2 tomes sont très bien. Il s’agit de la même histoire avec 2 propositions différentes, 2 déroulés d’intrigue différents. Il y a un attentat dans un train et la jeune fille témoin va devenir enquêtrice, partenaire du policier. Super roman.

INES

J’adore cet auteur qui crée toujours des mondes à part, des personnages qu’on ne quitte pas. Dans Le passeur vit Jonas. Dans son monde, la guerre, la pauvreté, le chômage, le divorce n’existent pas. Les inégalités n’existent pas. la désobéissance et la révolte n’existent pas. Jonas va avoir douze ans. Au cours d’une cérémonie, il va avoir comme tous les enfants de son âge, une fonction dans la communauté. Jonas ne sait pas encore qu’il est unique. Un destin extraordinaire l’attend.

Dans Le garçon qui se taisait, on parle du handicap car c’est l’histoire de Jacob qui ne parle pas et que l’on prend pour un débile.

  • La dose de M. Burgess   J R BUR passerelle

Le sujet : c’est le mal-être d’ados. L’histoire est géniale… Les jeunes vivent à fond leur vie, et ils vont tenter une nouvelle drogue : le Raid, qui permet de vivre une vie de rêve, mais qui conduirait au final à la mort. Y a beaucoup de rebondissements, c’est un thriller haletant mais qui n’est pas pour les plus jeunes… Âmes sensibles s’abstenir!

J’ai adoré l’humour dans ce livre. Et aussi comme j’aime les romans avec de l’émotion, celui-ci m’a fait pleurer. Il a une très belle fin.

  • Kiss de J. Wilson   J R WIL passerelle

Super roman d’amitié entre deux amis d’enfance, un garçon et une fille de 13 ans. Leurs sentiments changent. Ce livre m’a aussi fait pleurer, c’est un roman magnifique sur les sentiments.

MAELLE

J’aime tous les livres de l’auteur Pierre Bottero qui aurait dû participer à l’écriture de celui-ci en partenariat avec Eric Lhomme, mais il est décédé avant. Je retrouve néanmoins l’esprit de ce grand écrivain dans cette série. Le côté fantastique est très bien rendu. Il y a également de l’humour. Tous les tomes de la série sont bien écrits et prenants.

L’univers des loups-garous dans ce roman est fascinant. Le héros est un garçon qui a une mère humaine et un père loup-garou. Il doit anticiper les pièges qu’on lui tend grâce à son pouvoir de remonter le temps. C’est un bon roman d’aventures, où sont mêlés l’amour, l’humour, et le fantastique. De plus, le thème de l’intégration y est très intéressant.

Ce livre retrace une belle histoire d’amitié comme il en existe rarement. Un jean est le symbole de l’amitié entre Bridget, Carmen, Tibby et Lena. Ces 4 filles ont des caractères très différents et pourtant elles s’adorent et il n’y a aucune préférence entre elles. Je peux m’identifier à certains traits des personnages. Et l’auteure a une écriture fluide et entraînante. J’ai eu du mal à lâcher ce livre tant qu’il n’était pas fini.

C’est un livre d’une grande intensité, très sensible. Cette histoire d’un amour fou m’a beaucoup touchée et m’a fait pleurer ! C’est un roman de « grands » mais tellement bien écrit qu’on se lance dans sa lecture sans pouvoir décrocher.

C’est le journal intime d’une déesse, fille de Zeus : original ! Ça parle de mythologie mais de façon très divertissante et en même temps on apprend ! Chouette  bouquin qui se lit très vite !

OCEANE

  • La série Vango de T. De Fombelle    J R FOM T.1 ADO

Ce roman d’aventures est un puzzle que l’on reconstitue au fur et à mesure de la lecture. En plus, les personnages, et surtout le héros Vango, sont super attachants ! Ce livre a eu le prix des mordus du polar en 2011 : il l’a bien mérité car il y a du suspense, de l’action, un côté historique, et on voyage dans différentes parties du monde entre les 2 guerres.

J’ai « trop » adoré ! Le caractère de l’héroïne qui a 16 ans est fascinant, elle est pleine de courage et de force. L’intrigue est bien ficelée.

C’est l’histoire d’une jeune fille sourde. Le lecteur est plongé dans un monde différent, dans la vie quotidienne d’une personne handicapée. Ce qui est très intéressant, c’est apprendre sur la langue des signes françaises.

Un roman très poignant pour grands ados. La manière de raconter est captivante. On y suit des aventures folles où les interdits sont le quotidien des personnages. La sensibilité du lecteur est heurtée parfois. On trouve un côté philosophique sur la valeur de la vie dans ce roman qui m’a beaucoup plu.

Dans ce roman de cette super auteur, on découvre Pierrette en vacances à Deauville. Ça parle de premier amour, de vacances à la mer… C’est frais, agréable!

YASMINE

Ce roman autour de la cuisine est rempli de mystères. Madeleine travaille au Cochon hurleur, le restaurant de son oncle, M. Lard, pas très sympathique. Elle va rencontrer une vieille dame dans une boutique qui vend des mets étranges. Un livre qui montre bien que la cuisine doit se faire avec l’ingrédient de la passion et de la douceur pour être réussie.

Ce sont des nouvelles, des pastiches de contes traditionnels de Perrault et Grimm, mais dans des décors contemporains. Amusants, étonnants, notamment Le petit chaperon rouge et Blanche-Neige qu’on rencontre dans ce recueil.

Yaël Hassan raconte l’histoire de Thomas, un adolescent qui a perdu ses jambes après un accident, il doit alors vivre dans un fauteuil roulant. Il trouve du réconfort auprès de Mia. Il rencontre aussi un prof à la retraite, président de la SPDM : la Société Protectrice Des Mots, qui a pour mission la défense des mots de la langue française. Thomas va alors devenir adepte du slam et ce sera sa thérapie. Super petit roman intelligent, chaleureux et original.

Le 1er tome, c’est Ben Letourneux, 11 ans, qui adore collectionner les records nuls. Ben se glorifie d’avoir le titre mondial « du fils indigne incapable de reconnaître sa propre mère au milieu d’une foule limitée »,  ou encore de la « médaille d’or de l’air naturellement bête toutes catégories ». Le 2ème tome, c’est Ben qui est obligé de passer les vacances chez lui et qui doit user d’imagination pour occuper ses journées. Les histoires sont pétillantes et drôles !

Catégories : ça se passe chez nous, cocktail culturel | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Les métiers méconnus de la gourmandise

Le thème « goût et gourmandise » a rythmé les animations des bibliothèques parisiennes durant l’automne et vous avez été nombreux à profiter des dégustations, ateliers, écoutes de musique et projections de films gourmands, découverte d’auteurs fort portés sur les délices culinaires et de contes qui mettent l’eau à la bouche.
Parmi tous ces rendez-vous, nous avons eu le plaisir de faire connaissance avec des métiers gourmands encore assez méconnus. Vous avez raté ces rencontres ? Petite séance de rattrapage.

Profession : biérologue

BredelesJ’ai un palais particulièrement fin, j’étudie la bière et les brasseries, je distille mon savoir au gré de conférences, je concocte des accords bière-plat, et nous ne sommes qu’une petite poignée en France. Qui suis-je ? Un biérologue pardi ! C’est le métier d’Hervé Marziou, venu animer une conférence sur la bière à la mairie du XVe, à l’initiative des bibliothèques Vaugirard, Yourcenar et de Paris-Bibliothèques, et en collaboration avec l’école du Cordon bleu. Au menu : topo historique sur le fameux breuvage malté, rappel du processus de fabrication, analyse du marché français et mondial et, cerise sur le gâteau, dégustation guidée par le maître. Hervé Marziou a partagé ses talents de dégustateur professionnel en initiant le public à l’art délicat de la dégustation, qui requiert l’affut de nos cinq sens : de l’ouïe (la douce mélodie du décapsulage) au goût (Vous sentez cette amertume ? C’est le houblon). Et parce que le vin n’a plus le monopole des repas, Hervé Marziou a fait découvrir au public des accords mets-bières étonnants, comme la bière de Noël accompagnée de bredeles, petits gâteaux alsaciens.

 

Pour approfondir la question avec nos collections, vous trouverez un panorama des bières du monde, un livre de référence de Michael Jackson (pas le king of pop, le beer hunter, pape de la biérologie !), ou encore des recettes de cuisine à la bière.

Profession : styliste culinaire

Tables de fêtesOn passe du coq à l’âne, ou plutôt du contenu au contenant : coup de projecteur sur le métier de styliste culinaire. Émilie Guelpa, auteur du blog www.griottes.fr, a dévoilé les ficelles de son métier aux usagers de la médiathèque. Mais c’est quoi, le stylisme culinaire ? Avec de la vaisselle finement chinée, divers éléments de décors (pétales de fleurs, nappes…) et beaucoup de talent et de créativité, la styliste culinaire met son univers visuel au service d’un plat pour le sublimer. Et cela tient souvent à très peu de choses : une couleur d’assiette bien choisie, un zeste de citron vert soigneusement saupoudré, un petit bouquet de fleurs…. Mais si les auteurs de livres de cuisine et les photographes culinaires sont connus et reconnus, les stylistes culinaires eux œuvrent trop souvent dans l’ombre, alors qu’ils sont justement le lien entre le plat brut sorti du four et la photographie. Découvrez le sublime travail d’Émilie sur son blog et dans la vidéo ci-dessous, et ses deux dernières parutions à la médiathèque, Retour vers la cuisine et Tables de fêtes.

On espère vous voir aussi nombreux lors de nos prochaines animations de 2015 ! Programme des réjouissances du semestre prochain : le thème « portraits de famille ».

Catégories : ça se passe chez nous | Étiquettes : , | Poster un commentaire

Fou de folk – Festival Monte le son : 15 concerts dans les bibliothèques !

Kyrie sera en concert le 21 novembre à 19h à la MMY

Kyrie sera en concert le 21 novembre à 19h à la MMY

On s’imagine aisément un musicien folk en tunique, hippie à fleurs dans les cheveux au bord de l’overdose ou barbu beatnik élevant des moutons sur les plateaux du Kentucky. On se dit aussi que la musique folk, c’est obligatoirement un son de guitare acoustique accompagnant un chant en anglais… Préjugés ?

Forcément, on se demande : « mais au fait, quelle est la définition de la musique folk ? » Et là, tout nous échappe, on s’écharpe, plus personne n’est d’accord :

– « Ça vient de folklorique, c’est donc de la musique traditionnelle ?

– T’es vraiment trop naze, ça, c’est ce qu’on appelle de la musique du monde !

– De toute manière, c’est une musique pour neurasthéniques… » Quand un silence gênant conclut cet échange honteux.

Mais qu’est-ce que c’est que le folk ?

Le folk ? La folk music ? On est dans le quiproquo là. Il est vrai que la musique folk tourne autour d’instruments folkloriques donc populaires, accordéon, banjo, flûte, guitare, harmonica, violon, tambour, qui sont ceux des esclaves, des pionniers, des quakers, de la diaspora juive, plus généralement des travailleurs exilés aux Etats-Unis. Et les Mamas and Papas du folk contemporain, Woody Guthrie, Bob Dylan, Joan Baez, Neil Young ou Joni Mitchell, sont bien des figures de la beat generation chantant autant la libération des mœurs, que la défense des droits de l’homme. Mais cela ne recouvre pas l’ensemble des connexions d’une musique qui fait écho au folklore celtique, au blues comme à la country. Surtout qu’elle peut aussi être synonyme de pop, naissante, et qu’elle influence le rock. Alors quoi, est-ce qu’on peut faire de la folk française ?

The french Folk

Dit comme ça, sous cette définition contemporaine, on se dit que ce n’est pas gagné. D’autant plus que dans les années soixante-dix, par Toutatis, le folk hexagonal a la fièvre et brouille un peu plus les pistes en mêlant musique locale et traditionnelle avec les nouveautés pop-rock : Dan Ar Braz, Tri Yann rapproche le rock du folklore celtique tandis que la Bamboche, Malicorne, Mélusine sont les nouveaux ménestrels qui animent les festivals du cru tel celui de la châtaigne de Valgorge. Le folk, c’est donc clairement le folklore ? Ce n’est donc pas facile à admettre mais il y a autant de folks qu’il y a de peuples grattant des cordes au-dessus d’une caisse de résonance ou tapant sur un morceau de bois.

Mais quand, dans le même temps, les années soixante-dix, pour ceux qui suivent encore, des artistes tels que Dick Annegarn, hippie néerlandais ayant fait ses classes à Bruxelles, débarquent avec leurs guitares sous le bras chantant de la poésie superbement accrochée à des accords « finger » piqués au blues, là on ne sait plus qui est le folk ni la folk…

Monte le son, crénom !

Vous me direz que les étiquettes, ça se découd, qu’on s’en fout et même qu’on s’en balance ! Vous avez raison, mais en 1973, concordance de temps inouïe, Graeme Allwright nous fait découvrir Suzanne de Leonard Cohen en l’adaptant. Le compositeur néo-zélandais sera sur la scène de la bibliothèque Lancry (10e), vendredi 7 novembre à 18h30, pour ouvrir le festival Monte le son. Monte le son, c’est le festival de musique qui, annuellement, réchauffe les bibliothèques en les transformant en scène. Et hourra, cette édition est folk ! Mais folk ou folk ? Pour vous faire une idée, vous pourrez écouter live la subtilité de Piers Faccini, la limpidité de Kyrie Kristmanson, la fraîcheur de Florent Dorin ou encore la minéralité* de La Maison Tellier !

On est fou de folk à la médiathèque ! Voici notre playlist exhaustive idéale sur You Tube :

« that’s all folks ! »

* Au pire, ça sonne…

Catégories : ça se passe chez nous, cocktail culturel | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

A la rencontre de Marie-Monique Robin

 

Rencontre/projection : « Sacrée croissance ! Comment en sortir »

 

MM robin 

Jeudi 6 novembre à 19h30  (sur inscription)

Dans le cadre des Jeudis de l’actualité et du Mois du film documentaire, à quelques jours de la sortie de sa nouvelle enquête, la journaliste Marie-Monique Robin et la médiathèque Marguerite Yourcenar vous convient à une rencontre/projection.

 Mettant en lumière les initiatives qui s’éloignent du productivisme et du consumérisme, celles qui encouragent un « toujours mieux » plutôt qu’un « toujours plus », Marie-Monique Robin s’interroge : comment peut-on continuer de promouvoir une croissance illimitée aujourd’hui ? Quelles sont les alternatives théoriques et pratiques ? Interrogeant économistes, sociologues et philosophes, elle décortique le dogme de la croissance en le confrontant aux défis du XXIe siècle : le changement climatique, l’épuisement des ressources, la réduction de la biodiversité, la crise financière et sociale. Lors de ce Jeudi de l’actualité, le film Au pays du bonheur national brut apportera des éléments de réponse et nourrira le débat qui suivra.

 De 18h à 19h30, vente du film et du livre Sacrée croissance ? Comment en sortir en coédition Arte/La Découverte, ainsi que des autres documentaires de Marie-Monique Robin. La rencontre sera suivie d’une séance de dédicace. 

 

MM_Samso

 

Du mardi 21 octobre au mercredi 12 novembre

Pour préparer la rencontre ou la prolonger, vous pouvez visiter l’exposition originale et interactive qui se tiendra dans la médiathèque. Construite comme un village global, l’exposition « Sacrée Croissance ! » fait le lien entre des hommes et des femmes de trois continents, et présentent les initiatives de ces nouveaux lanceurs d’avenir. Par la photographie, le texte, la vidéo et le numérique, la médiathèque Marguerite Yourcenar vous propose de questionner la croissance et les indicateurs de richesse, de réfléchir aux modèles alternatifs, en présentant des exemples d’autosuffisance énergétique, d’agriculture urbaine et de monnaies locales.

Pour aller plus loin : Biblio-filmographie « Marie-Monique Robin »

Catégories : ça se passe chez nous | Poster un commentaire

Joe Sacco, rencontre du neuvième art

C’est l’évènement BD à la médiathèque Marguerite Yourcenar : Joe Sacco, journaliste reporter et dessinateur maltais, résidant aux Etats-Unis, sera le samedi 14 juin dans nos murs pour présenter sa dernière œuvre : Le premier jour de la bataille de la Somme. Non seulement le thème est important, puisque le 1er juillet 1916 se révèlera être le jour le plus sanglant de cette année de guerre, mais l’auteur la voit à travers les yeux de l’historien anglais Adam Hochschild !

Voici en vidéo le déroulé de sa fresque, longue de 7 mètres.

 

On y découvre les préparatifs de la bataille jusqu’à l’assaut. Sur la gauche, le commandant britannique Douglas Haig, surnommé par la suite le « Boucher de la Somme », assistant à la messe, puis la bataille, et enfin les postes d’installations chirurgicales et la réalisation de nouvelles tranchées, cette fois pour enterrer les morts.

Cette approche panoramique permet de capter les détails de ses planches en noir et blanc, et ce graphisme si particulier qui en fait une œuvre hors du temps ! D’autre part, dans cette interview, Joe Sacco intervient pour montrer les photographies, ou extraits de journaux qui lui ont servi à capter la réalité de la guerre. La fresque se déplie en accordéon.

Pour ceux qui ne pourront assister à la rencontre du 14 juin, débat animé par Jean-Christophe Ogier, journaliste à France Info, et Vincent Marie, historien, des vidéos seront postées sur nos réseaux sociaux ! Néanmoins, il reste encore des places. Inscrivez-vous !

Si vous souhaitez découvrir l’ensemble du travail de Joe Sacco en VO et en VF, munissez-vous de votre carte de bibliothèque : nos bacs regorgent de bonnes bulles.

Et pour jouer les prolongations, voici notre programmation spéciale Ruée vers l’art : une exposition des ateliers Beaux-Arts, une rencontre avec la sociologue Nathalie Heinich autour de l’art contemporain à l’occasion de la parution chez Gallimard de Le paradigme de l’art contemporain, structures d’une révolution artistique, une projection de film, des ateliers de création pour tous les âges, la découverte du métier de restaurateur de tableaux avec Janin Bechstedt, un jeu de piste pour les enfants… Sortez votre agenda et à très vite!

Ruée vers l'art

Catégories : ça se passe chez nous | Étiquettes : , , , , | 2 Commentaires

Consommons, consommons… oui, mais durable!

A l’occasion de la  Semaine du Développement durable, temps fort national qui a lieu, cette année, du 1er au 7 avril, la médiathèque vous propose de se poser la question de la consommation autrement : de notre rapport à la consommation, de nos gestes et choix qui ont un impact certain sur notre environnement et sur la population.

Comment manger, s’habiller ou prendre soin de nous et de nos proches ? Comment équiper et meubler notre appartement/maison ? Quels sont les enjeux derrière nos achats ? Consommateurs, si vous saviez…

Comment être et agir local ?

Paris locavore  vous connaissez ? Savez-vous que la capitale et sa région sont le terreau de nombreuses cultures variées : miel, légumes, fruits, fromages, vins et bières, produits artisanaux… Etre « locavore » signifie consommer des produits provenant d’un rayon de 160km maximum de son lieu de vie. Pour les Franciliens, voici une carte piochée sur le blog de Julie from Paris :

 Guide Locavore Paris 4

Notre rayon d’action s’étend donc plus loin que l’on aurait pu s’imaginer : de la Normandie à la Champagne, et de l’Orléanais à la Picardie !

Aussi, consommer autrement c’est aussi ne pas vouloir absolument manger des fraises en hiver, même si on en a très très envie ! Oui, c’est excellent avec une certaine boisson alcoolisée à bulles, mais d’autres mets plus de saison sont à votre disposition.

C’est prendre soin de soi-même en faisant attention à ce que les produits utilisés ne polluent pas mon corps et mon entourage. Pour les filles, ne sortez pas sans votre kit de survie !

Lorsque l’on y pense, s’habiller durablement n’est pas forcément facile: imaginez-vous, par exemple, les aventures que vit un tee-shirt avant d’arriver entre vos mains… Où l’on apprend que de gros enjeux économiques et sociaux peuvent se rapporter à un morceau de textile.

Et pour habiller les tout petits, une jolie intiative a été entreprise par nos chères mamies : des grands-mères des quatre coins de la France tricotent et brodent des vêtements et des idées cadeaux pour nos bambins.  Intéressés ? Rendez-leur visite chez Mamy Factory

Construire, aménager notre maison de façon durable, c’est aussi possible grâce à ces lettre : « BBC », pour « basse consommation ». Kézaco ? Une maison basse consommation est réfléchie de façon à ce que ses matériaux et ses systèmes d’énergie soient favorables à la fois à l’environnement et à nos bourses. Des techniques de construction au service d’un habitat durable.

Ensuite, ne pensez-vous pas que nous accumulons trop et toujours plus ? En ce debut de printemps, libérons-nous, faisons le tri dans nos affaires et réfléchissons un peu à ce qui est nécessaire ou pas. Les objets dont nous nous séparons, donnons-les, échangeons-les et pourquoi pas partageons-les? Que d’autres en profitent. Ainsi, nous veillons aussi au devenir des déchets. Certains ont même réussi à atteindre le chiffre idyllique de zéro déchet!

Alors,pour tenter de répondre aux questions que vous vous posez sur le sujet, vous êtes invités à rencontrer Raphaël Souchier , auteur de Made in local : emploi, croissance, durabilité : et si la solution était locale ? (préface d’Ervin Làszlò ), Eyrolles, 2013.

Cette rencontre, sera l’occasion d’aborder des thèmes aussi divers que :

« Globalisation et localisation: alors, compatibles ou pas?
Quelle ville française est devenue la « star du solaire »?
En combien de temps un territoire peut-il devenir « 100% renouvelable » ?…. »

Quand et où ? Jeudi 10 avril à 19h, au rez-de-chaussée de la médiathèque.

Et pour les plus jeunes d’entre vous, la section Jeunesse vous propose :

mercredi  2 avril – 15hÊtre écolo, c’est rigolo ! Avec l’atelier créatif de récup. Créer votre propre instrument de musique à partir d’objets recyclés (+8 ans)

samedi 12 avril – 16h–  Papolu ? Mais pollue pas, voyons ! Papolu est un spectacle-atelier sur le tri des déchets et leur recyclage. Pour tout savoir sur le recyclage ; des jeux pour réfléchir, des gestes pour apprendre, des questions pour comprendre… Avec l’association des Atomes Crochus (4-7 ans)

Enfin, une exposition vous sera proposée à la médiathèque sur le thème du développement durable, début avril, au rez-de-chaussée et au 1er étage.

Venez nombreux!

 

Catégories : ça se passe chez nous | Étiquettes : , , , , , | Poster un commentaire

Propulsé par WordPress.com.