Au fil des mois

Quelle belle année, mon dieu, quelle belle année nous avons partagée ensemble!

Tous vos saluts souriants, vos idées et suggestions, vos demandes stimulantes et parfois déroutantes… si vous connaissez un album pour enfants dont le héros serait une tente de camping, nous pourrions enfin satisfaire Jade et sa folle imagination!

Au fil des mois, nous nous sommes efforcés de vous chouchouter et de sélectionner le meilleur en terme de littérature, d’essais, de musique, de cinéma parmi une offre pléthorique, gargantuesque même. Savez-vous que plus de 70.000 livres sont publiés chaque année ? Et près de 10.000 disques et 7.000 dvd font leur sortie !

Être à l’affût des toutes dernières nouveautés, même les plus incongrues, et mettre à l’honneur les œuvres incontournables qui constituent notre socle culturel, voilà notre credo. Pour vous surprendre, vous instruire (noble devoir qui est le nôtre!), faire exploser vos capacités à imaginer, rêver, créer, penser et pour vous accompagner dans vos multiples projets.

Sans nostalgie aucune, et avec la certitude que 2014 sera elle aussi, au fil des mois, une année riche en trouvailles et inventions, nous vous proposons douze titres qui rendent hommage au temps que nous avons passé ensemble dans notre, dans votre médiathèque Marguerite Yourcenar.

 Les rivières de janvier, Keren Ann, La Disparition, EMI 

Un morceau hivernal porté par une voix feutrée et chaleureuse. On aime sa lumière et sa douceur, et l’impression qu’un temps l’air reste en suspens.

 .
Février , Louis Sanders, Payot & Rivages
 
«En février, en Dordogne, on finit par tout confondre», se dit un Anglais au nom imprononçable. Quand l’imagination galope au coin du feu, le Whisky y est peut-être pour quelque chose… de même que les coups sourds qui résonnent contre le mur…
.
.
.
 
.
Quatre jours en mars
, Jens Christian Grondahl, Gallimard
Quatre jours et un roman pour regarder sa vie en face. La langue est belle et la construction étonnante.
.
.
.
.
.
A
vril brisé
, Ismaël Kadaré, Garnier-Flammarion, adapté au cinéma par Walter Salles.

Chercher l’exaltation dans les montagnes albanaises  quand on est un citadin pétri de naïveté et de mondanité n’est pas toujours une bonne idée… La rencontre avec le tragique, l’impossible violation des règles du clan et la poésie rude du Rrafsh bouleversent le destin de tous les personnages.
.

Mai mai, miracle, Sunao Katabuchi, Kaze

Après la guerre, le printemps arrive dans la campagne japonaise, avec toute sa fraîcheur et sa poésie. Un beau film d’animation où les enfants  partent à l’aventure, explosent de joie et s’autorisent à rêver.


Les aventures du mois de juin
, Pierre Desproges, Les chroniques de la haine ordinaire Vol.4, PMP

Soyez aristocrates et élégants, quittez Paris en juin, le programme est prometteur ! Tandis qu’ « août pue la frite et l’aisselle grasses »,  le maître de l’humour noir vous jure qu’« en juin, les jours sont longs et blonds comme les nubiles scandinaves aux seins mouillés qui rient dans la vague jusqu’à la minuit. »

.
La crue de juillet, Hélène Lenoir, Minuit

Un roman salué par la critique : on le dit elliptique, énigmatique et cinématographique! Rien que ça! Ca mérite un emprunt.
.
.
.

Le déjeuner du 15 août, Gianni Di Gregorio, France Télévions distribution

Confiez votre grand-mère à Gianni s’il a des dettes à vous régler ! Ce sera drôle, rocambolesque, certainement risqué, mais il faut reconnaître qu’il n’y a rien de mieux qu’un film italien pour éprouver la chaleur et la langueur du mois d’août.

.
Septembre
, Barbara, Album Barbara No2, Mercury

Septembre, un mois froid, pluvieux, qui marque la fin de l’insouciance? Mais non, voyons. Septembre peut irradier de beauté et de sérénité! A écouter en boucle avant, pendant, après le stress de la rentrée. Et pourquoi ne pas écouter l’interprétation de Babx dans la foulée.

.
Octobre noirOctobre noir
, Didier Daeninckx et Mako, Ad Libris

La petite histoire rejoint la grande, la sombre et triste dont il faut pourtant se souvenir.
.
.
.

.
.

Une longue journée de novembreUne longue journée de novembre
, Ernest J. Gaines, Liana Levi

Deux nouvelles très touchantes pour retrouver la candeur de l’enfance, et explorer un territoire où la nature gronde, où la grêle s’abat sur les champs de coton et sur la tête de Ti-bonhomme le temps d’une rage de dents.
.
.
.

 32 décembre, Enki Bilal, Les Humanoïdes associés

Au sein d’un monde futuriste, parfaitement dessiné et peint par le maître, on suit  la quête d’identité de trois êtres humains liés par leur naissance. Déjà rencontrés dans Le soleil du monstre, Nike, Leyla et Amir sont confrontés à la folie des hommes. Troublant, Enki Bilal ? Assurément. Avec en prime une critique du monde de l’art, frivole et parfois dangereux.

 

  ……

A l’année prochaine chers usagers! Répondez présents.

…..

Publicités
Catégories : cocktail culturel, En vrac ? | Étiquettes : , , , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :