Comment survivre en cas de catastrophes ? La médiathèque vous conseille !

C’est la crise, il fait un temps pourri, alors pour relativiser et retrouver le sourire pourquoi ne pas imaginer le pire ? Pour vous mettre dans l’ambiance, imaginons maintenant un petit scénario catastrophe (dont vous êtes le héros, chouette !) considérant que vous avez toujours vécu confortablement à Paris et, en bon citadin policé, vous ne connaissez rien à la survie. Votre seule expérience se cantonne à avoir regardé Koh-Lanta à la télévision.La Survie

À quelles catastrophe doit-on s’attendre ?

Ou pour le dire autrement, à quelle sauce allez-vous être mangé ? Difficile à dire surtout quand le facteur chance est un élément clé. Par exemple, quand Môman Gaïa piquent ses colères titanesques parce que nous l’avons un peu trop chauffé, il vaut mieux ne pas avoir choisi le lieu de son ire pour destination de vacances. Vous risqueriez alors de vous retrouver confrontés aux séismes, tsunamis, ou autres cyclones. Penchez-vous donc un peu sur le dictionnaire des risques ou sur le petit atlas des risques écologiques, ça pourrait vous éviter des choix malheureux. Ou relisez D’autres vies que la mienne d’Emmanuel Carrère.

Comment survivre seul ?

© DR

Vous êtes survivant du chaos. D’autres ont survécu avec vous mais, hélas, ça ne vous réconforte qu’un court instant car vous avez compris que, au pire, vos congénères vous imaginent rôtissant à la broche et, au mieux, vous repartirez nu comme un vers… Vous flippez logiquement même si vous êtes fan de Jackie Chan et de Bruce Lee. Vous avez raison, ce ne sera pas suffisant face à cette horde sanguinaire. Bien que vous ayez potassé la savate self-défense, vous vous enfuyez à toutes jambes. Votre sens de l’orientation ne vous fait pas défaut.

Votre estomac gargouille. Il va falloir vous nourrir. Avant, cela consistait à mettre un plat surgelé au micro-ondes. Les supermarchés ont été pillés et même si vous aviez réussi à sauver votre four, il n’y a plus d’électricité. Un frisson vous parcourt l’échine… Bien que vous sachiez reconnaître les cèpes des champignons de Paris sur les étales du marché de la rue de la Convention, vous comprenez une nouvelle fois l’étendue de votre ignorance. Vous regrettez amèrement de ne pas avoir appris par cœur le guide des plantes sauvages comestibles et toxiques ainsi que le guide des champignons dans la nature que aviez empruntés un jour.

La chasse, ce n’est pas votre truc et, de toute façon, vous seriez bien incapable de débusquer quoi que ce soit même avec quelques techniques de camouflages glanées de-ci delà. Vous arrivez fort heureusement à mettre la main sur le livre insectes comestibles dans une bibliothèque abandonnée.

La nuit tombe, un moment de répit vous sera-t-il accordé ? Damnation, votre nid douillet est squatté par la bande à laquelle vous avez échappé tout à l’heure. Vous allez devoir vous mettre au camping (nouveau regret, l’aventurier frustré qui est en vous vous maudit !). Vous tentez tant bien que mal de vous construire un abri mais vous galérez pour faire un nœud correct capable de faire tenir trois branches ensemble. Vous vous êtes endormi difficilement sous les branchages humides et vous réveillez avec un énorme rhume… Par chance votre grand-mère, lectrice de la médiathèque Marguerite Yourcenar, vous a transmis plein de trucs et astuces pour vous soigner avec les plantes. Pour une fois vous êtes plutôt confiant. Sinon vous auriez pu partir à la recherche du guide des plantes médicinales qui est très pratique quand vous avez un peu mal à la gorge mais beaucoup moins utile en cas de morsure de chiens errants. Dans ces cas-là, mieux vaut se munir de l’encyclopédie pratique du secourisme.

S’inspirer de l’expérience des autres !

Pour cette fois vous vous en êtes sorti mais il s’en est fallu de peu ! Vous vous dites que rien ne vaut l’expérience vécue et que toutes lectures passives ne sont qu’un cache-misère. Vous vous remémorez vos soirées cocooning quand, avachi négligemment sur le sofa du salon en lisant Si c’est un homme, vous vous interrogiez : « aurais-je survécu à ça ? ». Vous vous souvenez que vous aviez voulu apprendre à coudre après avoir lu Une journée d’Ivan Denissovicth et maintenant qu’il vous faut tricoter le restant de vos criquets grillés dans la manche de votre parka, vous finissez par vous détester cordialement. Une journée s’achève. Après tout vous êtes en vie.

Alors ? Est-ce que vous ne vous sentez pas mieux maintenant, hum ? Merci qui ? Merci la médiathèque Marguerite Yourcenar !

Publicités
Catégories : cocktail culturel | Étiquettes : | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “Comment survivre en cas de catastrophes ? La médiathèque vous conseille !

  1. Sur le sujet cata, découvrez aussi la bibliographie « Accidents, Catastrophes naturelles et fin du monde » effectuée par les collègues de la bibliothèque François Villon :
    http://b14-sigbermes.apps.paris.fr/userfiles/file/Bibliographies/accidents/accidents.html

  2. Johne807

    When some one searches for his necessary thing, so heshe desires to be available that in detail, thus that thing is maintained over here. ddkagadceebb

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :